La peste écarlate, Jack London, 1912.

 

Résumé:

Un grand père fait le récit de la propagation de la peste écarlate à ses petits-enfants retournés à l’état sauvage. Il leur raconte l’arrivée de l’épidémie, les pillages, les avions tombés du ciel, les luttes pour rester en vie . Après les cris et le crépitement des feux, il y a eu le retour au silence, les villes, les routes, les forêts, tout a été réinvesti par les frôlements et les souffles de la nature. L’empreinte si forte de l’homme s’est effacée, les vallées sont redevenues vertes, les animaux domestiques se sont regroupés en hordes, les plus faibles ont péri. Notre espèce a perdu son intelligence, son raffinement, les catégories sociales se sont renversées. Les plus brutaux dominent maintenant, ils chassent et deviennent hirsutes. C’est un recommencement, les derniers survivants doivent tout réapprendre pour jeter les bases d’une nouvelle civilisation  par-dessus les cendres de l’ancienne.

Extrait:

Le monde magnifique et puissant que j’ai connu, aux jours de mon enfance et à ceux de ma jeunesse, a disparu. Il s’est anéanti. Je suis à cette heure, le dernier survivant de la Peste Ecarlate et seul je connais les merveilles du passé lointain. L’homme qui fut jadis le maître de la planète, maître de la terre, de la mer et du ciel, l’homme qui fût un vrai Dieu, est retourné à son primitif état de sauvagerie et cherche sa vie le long des cours d’eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *